217 cartes envoyées en ce sixième marathon Écrire, ça libère!

André Audet a été le premier à écrire des mots d'espoir.
Plus d'une cinquantaine de personnes sont passées par Le Cafetier de Sutton pour participer à ce sixième marathon d'écriture Écrire ça libère, organisé en collaboration avec Amnistie internationale. Voir l'article de Mickael Lambert paru dans La Voix de l'Est.


Denise, Louise, Lisette et bien d'autres femmes
sont venues écrire en solidarité avec les dix cas.
En tout, 217 cartes ont été envoyées pour soutenir les dix femmes choisies par l'organisme pour cette douzième année de marathons au Québec. Cela constitue un record pour un marathon tenu à Sutton... on avait en effet atteint le nombre de 204 cartes de souhaits en 2016. Un nouveau record local!


Yves Langlois, un participant régulier à ces
marathons d'écriture.
Les gens ont aussi donné 179,55 $ afin de défrayer les coûts postaux pour les envois dans les différents pays. Il s'agit donc d'un succès sur toute la ligne! Merci à tous les participants, mais aussi à Josée et à Jean-François, propriétaires du Cafetier, ainsi qu'aux employés qui nous ont chaleureusement accueillis.

Voilà, les 217 cartes ont été postées. On peut calculer qu'en moyenne, il y aura une vingtaine de cartes par destination (cela varie de 18 à 30 dans la réalité). Les proches de Marielle, qui a été assassinée, et les neuf autres femmes apprécieront certainement ces messages d'espoirs qu'elles recevront d'ici peu. Souhaitons maintenant que sous cette pression internationale, la plupart d'entre elles seront libérées. Depuis le début de ces envois, 75% des prisonniers l'ont été.  À suivre!


Andréanne Larouche avait participé au marathon
tenu au Sac à mots de Cowansville la semaine

précédente,  mais elle a remis ça au Cafetier.
Je rappelle que ce thème, «Écrire, ça libère!», a été créé par des étudiants d'un cours que je donne à l'Université de Montréal. Cliquez sur ce lien pour en savoir plus. 

Richard Leclerc

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire